les poissons bricoleurs

20 novembre 2017

Une robe pour l'hiver (et un peu de blabla)

J'ai rapporté de notre voyage en Inde un très beau tissu à motif floral (les femmes du Pendjab en portent beaucoup). Le tissu était vendu avec un autre dans la même matière, uni celui-ci. Les femmes peuvent alors y tailler une kurta (tunique longue) et un salwar (un pantalon large).

IMGP9297

J'ignore la composition exacte de ce tissu, il a l'éclat de la soie et la chaleur de la laine. Le fait qu'il soit imprimé me fait penser que ça ne peut pas être de la laine, il ne froisse pas beaucoup, ce qui me fait penser qu'il n'est pas de la soie.

IMGP9299

Suite aux astuces trouvées ici, j'ai pu établir qu'il s'agit d'un tissu synthétique car il fond quand je le brûle. Mais j'ai hâte de présenter ce tissu à mon amie Ségolène pour qu'elle me le confirme.

IMGP6243-m

ranger l'escalier avant le "shooting"

Voilà pour le tissu. Concernant le patron, j'avais depuis longtemps envie de m'offrir le patron Sureau de Deer & Doe.

IMGP6245-m

Voici donc, après tout le monde, ma version de la robe à la mode il y a 5 ans sur la blogo.

IMGP6247-m

Le patron comporte selon moi, deux difficultés:

IMGP6251-m

Les fronces poitrines

IMGP6296-m

La fermeture à glissière invisible

IMGP6290-m

Sur ce point, même si on voit toujours encore un peu la fermeture, je m'améliore doucement (mais sûrement).

IMGP6253-m

Je ne suis pas tellement convaincue par la coupe de la robe, notamment, les fronces poitrines et l'encolure en V.

IMGP6263-m

Je comptais sur les fronces pour donner une impression de volume. Finalement, je trouve que ça ne fait qu'attirer le regard sur une abence, ce qui n'était pas le but recherché.

IMGP6267-m

Impossible compte tenu de la profondeur du décolleté et de la platitude des choses de porter cette robe sans col roulé.

IMGP6301-m

Mais le noir du col roulé augmente l'effet col en V qui ne me plaît qu'à moitié, je préfère donc porter cette robe avec un gilet noir qui cache un décolleté mal adapté à ma morphologie.

IMGP6248-m

Pour le reste, je suis contente de mes raccords de motifs, j'ai encore un millimètre d'écart sur la manche,

IMGP6287-m

 mais au niveau de la jupe, mes raccords sont bons.

IMGP6303-m

une fois sur deux...

IMGP6302-m

J'ai fait une erreur de lecture du patron sur la patte de boutonnage que j'ai surpiqué à l'extérieur (côté fronce) et non à l'intérieur (sur la patte elle-même). Cela accentue certainement l'effet des fronces non garnies. Cette histoire de poitrine est décidément le noeud du problème.

IMGP6295-m

Malgré les fronces poitrine et l'encolure peu convaincantes, la robe me plaît.

IMGP6266-m

Il était temps que je réalise ce projet car je n'avais presque plus rien à me mettre. 

IMGP6269-m

Je profite de ce message pour contribuer "à ma façon" au débat sur la garde robe idéale. Apparemment, la question de la gestion/composition de la garde robe est une question qui préoccupe beaucoup de bloggueuses couture (cf. garde-robe capsule ou wearability project).

J'avoue que ce genre de préoccupations me passe complètement au-dessus de la tête. D'une manière générale je trouve cette démarche un peu trop théorique et prescriptive. Surtout, tant de rationnalité dans un domaine "plaisir" et "loisir" aurait tendance à m'effrayer. Dans une vie antérieure, j'ai passé beaucoup de temps à tout peser, tout mesurer, tout calculer; un jour, j'ai décidé d'arrêter et j'ai gagné en qualité de vie. Je n'ai donc pas tellement envie de me remettre à tout prévoir, c'est trop fatigant.

Ceci dit, je vois bien que ça préoccupe beaucoup de monde sur la toile, donc, j'ai quand même essayer de réfléchir à tout ceci: suis-je une couturière compulsive? est-ce que je couds des choses que je ne porte pas moi non plus? est-ce que j'achète des choses que je ne porte pas?

Couturière compulsive, je ne le suis pas. Je ne couds pas beaucoup (pas assez), et rarement pour moi. Je couds principalement pour faire des cadeaux (de naissance, de Noël). Quand je couds des vêtements, ce sont souvent des pièces pour des occasions spéciales (mariage, baptême, déguisement). Les quelques pièces que j'ai cousu pour moi, je les porte beaucoup. Ce top en plumetis notamment, celui en coton dernièrement et je sens que je vais beaucoup porter cette jupe et la robe que je vous présente aujourd'hui.

Je n'achète pratiquement pas de vêtements car, sachant coudre, je trouve toujours dommage de dépenser de l'argent pour quelque chose qui n'est pas très compliqué à faire soi-même. Je n'achète que ce que je ne me sens pas encore capable de coudre (la lingerie et les manteaux) ou de tricoter (les gilets et les cols roulés). Comme je n'ai pas un rythme de couture très soutenu, bien sûr, il faut bien s'habiller, et j'achète un peu en vide grenier ou en vide dressing (radin un jour, radin toujours). Et, de fait, je porte ce que j'achète (bon, contrairement à ma belle soeur indienne, je n'ai pas de titre de best dressed 2017 à défendre non plus).

Je récupère également pas mal de vêtements de copines, voisines ou belles-soeurs dont la garde robe tourne plus vite que la mienne. Parfois, les vêtements sont en bon état, je les porte. Parfois, il suffit d'un petit coup de teinture ou de quelques points pour rendre le vêtement portable. Si vraiment je ne peux rien en faire, pas même le transformer en autre chose, je le donne à une association qui saura en faire bon usage.

Concernant les formes et les couleurs, je me connais et je sais que je n'aime pas les pantalons, les vestes et les chemisiers, que je me sens à l'aise en jupe, en robe et en collant, et que par dessus tout, j'aime les couleurs.

IMGP6285-m

H et E sont venus me rejoindre attirés par la séance photo "escalier".

A la naissance de mon fils, je me suis rendue compte que je vivais avec trois tenues. A l'époque, le lait tâchait chaque jour mes vêtements et, je faisais une lessive par jour (pour les couches lavables). Je me suis rendues compte que la tenue que je portais le lundi était lavée le mardi et qu'elle sèchait le mercredi, que la tenue du mardi était lavée le mercredi et sèchait le jeudi et que celle du mercredi était lavée le jeudi et finissait de sècher le vendredi. Aujourd'hui, je salis moins mes vêtements et mon fils ne salit plus ses couches. Pourtant, j'ai conservé cette habitude et au quotidien, je tourne avec 3 tenues. Mon wearability project, c'est ça: Vivre avec trois tenues (par saison!)

IMGP6304-m

Un dimanche ordinaire : sortir le tapis dans le salon et jouer aux petites voitures...

IMGP6307-m

... et faire la sieste...

En conclusion, je dirais donc que le chemin vers une garde robe fonctionnelle se fait naturellement quand on n'a ni le temps ni l'argent pour s'encombrer de vêtements qu'on ne portera pas et qu'on a d'autres personnes autour de soi à gâter en priorité.

Posté par Buridan à 22:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 novembre 2017

Une étiquette de voyage pour Gaspard

Il y a peu de temps, je discutais avec des amies de certaines de nos peurs de maman. Parmi elles, nous étions unanimes pour évoquer la peur de perdre son enfant dans une foule. Chacune a son astuce, de l'option harnais de sécurité totalement assumée par une amie vétérinaire à celle de la copine brodeuse, qui brode son numéro de téléphone sur un bracelet de tissus.

IMGP9765-pb

Quant à moi, en voyage, je fais porter à mon fils un collier (un élastique et un petit carton) avec ses noms, prénoms et mon numéro de téléphone par peur des mouvements de foule à l'aéroport ou à la gare par exemple.

IMGP9766-pb

A mi-chemin entre l'idée de Marion et mon idée (désolée, mais je n'arrive pas à me faire à l'idée du harnais de sécurité), j'ai fait une petite étiquette de voyage pour Gaspard dont c'était l'anniversaire cette semaine.

IMGP9767-pb

L'étiquette peut être attachée aux bagages de l'enfant.

IMGP9771-pb

Mais aussi à son pantalon ou à son manteau en cas de promenade au milieu de la foule.

IMGP9768-pb

Ne sachant pas broder, et n'ayant pas de brodeuse, j'ai brodé à la machine (Janome 6600) et je suis assez contente du résultat.

Posté par Buridan à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 octobre 2017

Une jupe récup-paillette pour briller sur mon vélo

Après beaucoup de couture enfant ces derniers temps (et aussi un peu de bricolage pour ma cuisine), me voici de retour pour vous présenter une jupe presque 100% récup.

Jupe Philadelphie à plat

Mon amie D (la maman de la petite Marie dont il est question ici) me donne régulièrement des vêtements qu'elle ne porte plus et dont elle aime changer. A vrai dire, une partie non négligeable de ma garde robe quotidienne est composé du dressing de D.

jupe philadelphie marron et doré-pb

L'an dernier, elle m'a transmis une ancienne tunique au motif très mignon et dans les tons marrons.

jupe philadelphie avant

J'avais moi-même un ancien pantalon de safari en lin, déchiré qui ne demandait qu'à être récupéré.

jupe de face escalier

J'ai décidé de les marier autour du patron Philadelphie de Nun Studio (acheté à une époque, où cette marque s'appelait encore C'est dimanche).

jupe philadelphie de dos

Quelques centimètres de passepoil doré et deux boutons bling bling plus tard, j'ai une jupe comme j'aime:

jupe philadelphie trois quart gauche escalier bras levé

- de la récup et des paillettes

jupe philadelphie droite

- vélo et boulot compatible

jupe droite

La fermeture à glissière invisible m'a donné un peu de mal. Je m'y suis reprise à plusieurs fois. J'aurais dû la prendre marron, elle aurait été presqu'invisible.

jupe gauche

Niveau difficulté, la jupe en comporte plusieurs: plis, fronces, passepoil et fermeture à glissière sur passepoil.

jupe trois quart droite

Les boutons ont failli être marrons...

bouton doré ou marron-pb

marron ou doré-pb

finalement, un sondage instagram a très nettement élu l'option glitter.

Jupe Philadelphie trois quart gauche

La tunique possédait des plis assez larges à l'horizontal.

anciens plis

Pour avoir suffisamment de tissu, j'ai défait ces plis, mais, malgré le repassage, on les distingue toujours.

jupe philadelphie de face

La tunique a été portée, si bien que le tissu est un peu abîmé au pli, aucun repassage ne peut rattraper cela.

jupe avec accessoires

Cela ne me dérange pas, cette jupe étant prévue pour un usage quotidien dans un contexte détendu.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Des couches lavables pour mon fils

Ces derniers temps, j'ai été pas mal sollicitée par des amies et une belle-soeur à propos de notre expérience de couches lavables.

couches lavables

Une bloggueuse que je suis depuis longtemps m'a également encouragée à écrire un article sur ce sujet. Voici donc mon retour d'expérience sur les couches lavables.

couche lavable sans booster pb

Mon petit E à 5 mois avec la couche jaune qu'on aperçoit dans la salopette

Les couches lavables, une certitude dès le début ? ... pas du tout!

Quand j'étais enceinte, une de mes amies m'a demandé en plaisantant: "alors, miss écolo, tu vas utiliser des couches lavables?". Je lui ai répondu du tac au tac: "oh la la, non, gratter le caca avec une cuillère, non merci, et en plus, mon bébé va naître l'hiver, donc, pour faire sécher les couches, ça sera compliqué".

Pour me détendre entre deux sessions de recherche relatives au choix de la poussette, j'ai commencé à regarder des vidéos sur les couches lavables (il existe beaucoup de tutoriels vidéo en ligne) et je me suis rendue compte qu'on n'avait pas besoin de gratter le caca avec une cuillère.

Plus tard, ma sage-femme nous a dit qu'il n'était pas recommandé d'utiliser les couches lavables avant que l'enfant fasse 4 kilos et qu'il était bon d'essayer plusieurs modèles de couches pour connaître le modèle le plus approprié à la morphologie de l'enfant et au mode de vie des parents.

Elle m'a parlé de site internet qui louaient des couches. En cherchant, j'ai trouvé un magasin de puériculture qui louait des couches lavables près de chez moi (Bébé Cash à Nantes). N'ayant pas eu besoin d'utiliser le site internet, j'ai oublié son nom et encore plus son adresse.

Un peu de vocabulaire

Le monde de la couche lavable, c'est un peu ésotérique, voici un petit lexique:

couche lavable pop in

Booster: partie absorbante qu'on ne met que la nuit par dessus la couche et l'insert, et éventuellement pour les siestes si l'enfant est un gros dormeur (et mouille beaucoup sa couche).

IMGP6178

Culotte de protection: partie étanche qui protège les vêtements du bébé de l'humidité captée par les parties absorbantes.

IMGP6179

Couche: partie absorbante minimale qu'on dispose entre les fesses du bébé et la culotte de protection

IMGP6180

Insert: pour d'avantage d'efficacité, on insert cette partie entre la couche et la culotte

IMGP6181

Voile de protection: voile réutilisable et biodégradable qui permet de récupérer les matières sèches et de les jeter aux toilettes sans trop se salir les mains.

IMGP6182

Pour les voiles, j'utilisais la marque Hamac que j'aimais bien car elle est résistante et les voiles ont une bonne taille.

IMGP6192

Tout-en-un (TE1): C'est une couche lavable qui se caractérise par le fait que la culotte, la couche et l'insert sont solidaires entre eux. Principal défaut, peut sécher plus lentement car la culotte est lavée à chaque fois.

Tout-en-deux (TE2): C'est une couche lavable en deux parties distinctes, d'un côté la culotte de protection qu'on réutilise d'un change sur l'autre sans le laver et la couche et l'insert qu'on lave à chaque fois.

Tout-en-trois (TE3): C'est une couche lavable en ... trois parties: couche, culotte et insert. L'avantage, c'est que ça sèche vite, l'inconvénient, il y a un peu de manipulation.

La location de couches

Quand notre enfant a fait 4 kilos (vers 1 mois), on a loué un kit de plusieurs couches lavables dans le magasin dont je vous parlais plus haut. Suite aux vidéos que j'avais vu sur la toile, et compte tenu du fait qu'on était l'hiver, j'étais persuadée que ce qu'il nous fallait, c'était des TE2 avec la couche et l'insert d'un côté et la culotte de protection de l'autre. ça me paraissait un bon compromis entre les manipulations réduites (puisque l'insert et la couche sont attachés), et le séchage rapide puisqu'on ne lave pas à chaque fois la culotte de protection. Dans le magasin, la vendeuse m'a dit que le modèle qu'elle vendait le plus, c'était la TE1 Pop On de Close (couche, insert et culotte sont solidaires). J'étais très dubitative, persuadée que cette dame essayait de me vendre un produit dont je ne voulais pas.

couches lavables sans booster pb 2

Finalement, à l'usage, cette dame avait raison. La TE1 de Pop In m'est apparu très pratique car elle se plie, se range, se met comme une couche jetable. Le séchage qui me faisait si peur est très simple car la couche se déplie intégralement et très facilement. Le repliage est très facile également. On lave bien la culotte à chaque fois, mais grace à son système de pression, on peut étendre la couche sans qu'il y ait d'épaisseur.On peut également intégralement détacher les trois parties de la couche.

étendre les couches

Après un mois d'essai, on a donc opté assez naturellement pour les Pop In TE1 de chez Close. Le prix de la location (30 euros je crois) était déduit du prix d'achat du kit (400 euros).

Combien de couches acheter?

On a pris un kit de 20 couches + 20 inserts + 20 culottes de protection + 3 boosters pour la nuit.

Cela peut paraître beaucoup, mais, je trouve que c'est un nombre confortable: il faut compter 6 couches par jour. Je faisais une lessive tous les soirs avec les couches sales de la journée. J'avais donc, toujours 6 couches dans le sac de la nourrice, 6 couches à laver, 6 couches à sécher. Il m'en restait donc 2 pour le confort, au cas où...

Les voiles de protection

Lorsque les couches étaient sèches (il faut compter 48 heures dans une salle de bain chauffée avec ventilation, quelques heures seulement sur un fil à linge à l'extérieur), je les repliais pour qu'elles soient prêtes à servir, comme des couches jetables. Avant de replier complètement la couche, je disposais sur la couche un voile de protection.

IMGP6183

Etape 1: fixer la couche à la culotte

IMGP6184

Etape 2: fixer l'insert à la couche

IMGP6185

Etape 3: replier l'insert entre la couche et la culotte

IMGP6186

Etape 4: rajouter le voile de protection.

La nuit, on rajoute le booster entre la couche et le voile:

IMGP6187

Le booster se fixe autour de la couche

IMGP6188

Puis on rajoute le voile.

IMGP6189

Une fois la couche utilisée, si la couche était seulement mouillée, je rinçais à l'eau le voile de protection, le faisais sécher et le réutilisais. Si c'était une couche sale, je prenais le voile de protection par les coins et le jetais aux toilettes, c'est bio-dégradable.

couche lavable pleine

En cas de couche pleine...

couche lavable pleine pb

Retirer délicatement le voile de protection de la culotte ...

jeter aux toilettes

et jeter le tout aux toilettes.

voile de protection avant wc

Si comme moi, votre table à langer n'est pas près des toilettes, temporisez...

Donc, ma crainte de racler le caca à la cuillère était vaine.

Et les fuites?

Alors bien sûr, je ne vais pas vous mentir, des fuites il y en a eu. Mais pas plus pas moins que lorsque j'utilisais des couches jetables. Quand le voile de protection ne suffisait pas à retenir la matière, et que la couche et l'insert étaient sales, je faisais tremper un peu la couche, l'insert et la culotte de protection dans de l'eau avant de la mettre à laver. Je jettais l'eau sale aux toilettes après.

Quand les fuites étaient seulement liquides, je changeais la couches et les vêtements.

Quand mon fils était malade, je repassais en couches jetables pour ne pas abîmer mes couches.

Quand il avait les fesses abîmées (à cause des dents), pareil, je repassais en jetable.

A l'extérieur

Je dois dire que j'avais un peu peur des réactions de nos familles vis à vis des couches lavables. La mère de H a utilisé des couches lavables pour son aîné (né en 1976), elle n'était donc pas inquiète à l'idée de changer des couches lavables, surtout qu'à l'usage, c'est vraiment comme une couche jetable. Ma mère est sensible à l'écologie, donc, elle était d'emblée très partante pour apprendre à utiliser les couches lavables. 

N'ayant pas obtenu de place en crèche, nous avons cherché une nourrice. Sur les trois que nous avons rencontrées, deux étaient d'accord pour les couches lavables.

Celle qu'on a choisi gardait en même temps qu'E une petite fille en lavable aussi.

Le pédiatre n'a jamais rien dit. Une fois, un dermato nous a fait un commentaire. On venait le voir parce que notre enfant avait des boutons sur les pieds, on a donc considéré que sa remarque sur les couches n'était pas en lien avec ce pourquoi on venait le voir.

Quand on était en balade ou en vacances (sans machine à laver), on repassait en jetables également.

Le lavage

Je lavais mes couches tous les soirs en rentrant de chez la nourrice. Je pliais celles qui étaient sèches pour les mettre dans le sac de la nourrice pour le lendemain. Elle me les rendait dans un sac confectionné pour l'occasion si bien que la nourrice n'avait aucune manipulation à faire (à part jeter le voile de protection dans les toilettes) en plus de ce qu'elle aurait fait si on avait été en lavable.

Je lavais mes couches avec notre linge à 30°. J'utilisais une lessive sans enzyme, comme recommandé par la marque (Close) et j'ajoutais une cuillère de désinfectant myofresh acheté sur le site Lilinappy.

miofresh

Deux fois par an, je faisais une lessive à 60 degrés juste pour les couches, les inserts et les boosters (sans la culotte de protection qui ne passe, elle qu'à 40° maximum). Cela permettait de décrasser les couches.

Je n'ai jamais eu d'odeur persistante dans les couches.

Parfois, les selles coloraient un peu la couche, l'insert ou le booster. Dans ces cas là, je frottais (si vraiment je voulais me débarasser de la couleur) avec du savon à la bile de boeuf. Il est vrai que le gris perle du début est un peu marron par endroit maintenant, mais bon, ça me paraît normal après 2 ans et demi d'utilisation quotidienne.

Pour stocker les couches dans la poubelle à couches la journée en attendant la lessive du soir, il arrivait, si la couche était souillée avec de la matière, que ça sente un peu. Dans ces cas-là, je mettais 5 gouttes d'huile essentielle d'arbre à thé sur une lingette lavable que je disposais dans la chambre de mon fils et ça fait partir l'odeur désagréable.

odeurs

Combien de temps?

Comme je le disais au début de ce post, on a commencé les couches lavables à 1 mois pour des raisons de poids. Si jamais votre bébé pèse déjà 4 kilos à la naissance, et que c'est votre premier enfant, je recommande d'attendre quand même quelques semaines avant de passer en lavable car je trouve que le premier mois, on a déjà plein de choses à apprendre: s'apprivoiser, se connaître, se reposer, essayer de trouver un rythme, être à l'écoute de son enfant, de son conjoint, de soi-même. Même si les couches lavables m'ont paru relativement faciles à intégrer dans notre vie quotidienne, cela fait plus de manipulations et de lessives qu'avec des couches jetables.

On a utilisé les couches jetables tous les jours (hors vacances et maladie) jusqu'à la propreté vers 2 ans et demi. Notre garçon dort encore en couche la nuit, mais nos Pop In sont maintenant trop petites pour lui, donc, on utilise des jetables.

Pour s'adapter à la taille du bébé, les Pop In ont des pressions sur l'avant. Elles permettent d'évoluer avec l'enfant.

couche lavable taille 0

Taille 0

couche lavable taille 1

Taille 1

couche lavable taille 2

Taille 2

couche lavable taille max pb

Et taille 3

Inconvénient ?

- laver (faire sécher, plier): alors, oui, il y a une petite contrainte qui concerne le lavage. Comme je l'ai déjà dit plus haut, cette contrainte ne m'a pas pesée car j'ai réussi à l'intégrer dans mon rituel quotidien. On rentrait de chez la nourrice, je mettais mon fils dans le bain; pendant le bain, hop, je vidais le sac à couche, mettais les couches dans la machine, complétais avec notre linge, lançais la machine, repliais pendant ce temps les couches lavées l'avant-veille et les remettais dans le sac de la nourrice pour le lendemain. Il me paraît utile de préciser ici que ma machine est dans la salle de bain et que mon fils est allé chez la nourrice à 7 mois, un âge respectable où il tenait assis dans le bain).  Tous les soirs avant d'aller me coucher, j'étendais ma machine. Nous avons un jardin, donc, il est vrai que dès que le temps le permettait, je mettais mes couches à sécher dehors. Mais j'habite à Nantes, donc, il y a quand même beaucoup de jours où la pluie m'obligeait à faire sécher mes couches à l'intérieur. Si la lessive quotidienne vous effraie, il y a d'autres techniques, notamment, celles qui consistent à stocker les couches dans une grande poubelle à couche et à les laver toutes ensembles. Personnellement, je trouve ça moins pratique (et moins hygiénique), mais c'est une solution qui existe. Enfin, concernant l'argument financier, j'avais lu que financièrement, pour un premier enfant, couches lavables et couches jetables coûtent aussi cher à l'usage. Il semblerait que les couches lavables soient financièrement intéressantes à partir du deuxième enfant.

couches lavables sans booster pb 3

- ranger (transporter): Les couches prennent un peu de place, c'est pourquoi, il nous a fallu organiser la chambre pour les avoir facilement sous la main au moment du change. Heureusement, j'ai épousé une sorte de Macgyver sans nuque longue, donc, les couches étaient bien rangées dans un distributeur à couches. De même (et c'est là un problème un peu plus important que le précédent), il fallait porter les 6 couches matin et soir jusque la nourrice (étant entendu que je me déplaçais en vélo), donc, c'est un peu encombrant c'est sûr. Ceci dit, je transportais aussi le change pour la journée (car je déposais mon fils en pyj), le lait tiré du matin et plus tard, le repas, car ma nourrice ne faisait pas à manger. Donc, chargée pour chargée, cela ne m'a jamais dissuadée de continuer. L'encombrement m'a seulement convaincue de changer de tire-lait et d'opter pour un manuel au boulot (car le sac de la nourrice + le tire-lait électirque, c'était vraiment trop lourd à porter). Une de mes copines m'avait dit ne pas avoir utilisé de couches lavables car elle préférait passer du temps à jouer avec son enfant qu'à laver les couches. Je n'ai jamais eu l'impression de sacrifier du temps de jeu au profit du lavage. D'autre part, à cette époque, nous n'avions pas de voiture, donc, je pense que nous avons aussi gagné du temps et de l'énergie, à ne pas transporter les paquets de couches jetables du supermarché à la maison.

couches lavables sans booster pb

- passer plus vite au 3 mois (et avoir l'impression que son fils à des grosses fesses): finalement, je dirais que le plus gros inconvénient, c'est la place que prennent les couches sur les fesses du bébé. On est passé très vite à la taille 3 mois, pas du tout parce que mon fils était un gros bébé, mais parce que les couches ne passaient plus dans le pyjama un mois.

couches jetables-pb

Au dessus, sans couche lavable, en dessous, avec couche lavable, dans la même tenue, à quelques jours d'intervalle.

couches lavable sans booster pb

Et c'est encore plus vrai avec les boosters la nuit:

couches lavables avec booster pb

Une de mes amies, fan de Pop In également n'a pas osé mettre ses filles en lavables la nuit car elle craignait que le volume de la couche avec booster ne leur abîme le dos. J'avoue ne pas avoir pris cette précaution, mais c'est vrai que ça leur fait un bon postérieur.

couche lavables sans booster pb 1

Avec l'âge, l'importance relative du volume de la couche s'atténue par rapport à l'enfant.

Quelques conseils en conclusion

- quand commencer? Je conseille d'attendre quelques semaines d'avoir trouvé son rythme avec l'enfant et d'avoir laisssé la nouvelle organisation familiale se mettre en place avant de passer. Si votre enfant fait 4 kilos dès la naissance et que vous vous sentez hyper prêt dès la naissance à utiliser les couches lavables, sachez qu'il faut toutefois attendre l'évacuation du méconium sans quoi vous risquez d'abîmer vos jolies couches.

- testez différents modèles, le cas échéant, si aucun magasin ne loue de couche à proximité, faites vous en prêter, ou achetez deux ou trois modèles sur le bon coin pour tester.

- n'hésitez pas à repasser en jetable quand c'est compliqué (diarrhées, vacances sans lave-linge, etc), ça c'est mon côté modéré, je fuis l'extrémisme, encore plus quand il est maternisant-parentalo-écolo-bien-pensant.

- faites vous plaisir avec les couleurs et les tissus. Il y a maintenant des Pop In avec des culottes à motif très jolies. Ce qui n'existait pas quand j'ai acheté mes couches.

- n'utilisez pas d'adoucissant ni de sèche-linge car cela risque de réduire la capacité d'absorbtion des couches. De même, avant de les utiliser, si vous achetez un kit neuf, lavez-les trois fois pour les rendres plus absorbantes.

couches lavables sans booster pb 4

Voilà, j'espère que ce message complet pourra éclairer votre choix d'utiliser ou non des couches lavables.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 octobre 2017

Un sac à doudou ... pour le doudou ... de l'école

Après l'accroche-doudou pour le doudou et le bavoir pour l'école, voici le sac à doudou pour le doudou de l'école.

IMGP9664-pb

 Le sac à doudou était demandé par l'école. Les premières semaines, j'ai laissé mon fils à l'école avec un sac à doudou confectionné par ma maman pour mon frère (il y a 28 ans!).

IMGP9667-pb

Pour différentes raisons, mon fils ne le reconnaissait pas toujours dans la caisse à doudou, si bien que j'ai fini par comprendre qu'il fallait faire un sac à doudou plus reconnaissable pour E.

IMGP9668-pb

Comme il s'est montré très attaché à son bavoir élastiqué vert avec des voitures, j'ai décidé de faire le sac à doudou dans le même tissu, pour qu'il le reconnaisse mieux dans la caisse à doudou (et que le doudou ne reste donc pas sans sac dans la caisse à doudou à mariner directement dans les miasmes enfantins).

IMGP9670-pb

J'avais repéré sur Pinterest un joli sac dont j'ai choisi de suivre le tutoriel.

IMGP9665-pb

La doublure intérieure provient des chutes de ma deuxième housse de coussin d'allaitement.

IMGP9672-pb

Le tissu rouge vient du baby-bowling de mon filleul (La droguerie).

Enregistrer

Posté par Buridan à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10 octobre 2017

Des emballages recyclés et recyclables (pour remplacer le papier film)

Il ne vous aura pas échapper que les livres, blogs, articles et autres mot-dièses autour du "zéro déchet" sont légions en ce moment.

IMGP9700-pb

Bien sûr, on ne va pas s'en plaindre tant l'objectif de réduire ses déchets paraît urgent et nécessaire. 

IMGP9699-pb

Ceci dit, je suis parfois un peu mal à l'aise face à certains enthousiasmes naïfs (ou malhonnêtes) autour du zéro déchet. J'aimerais bien qu'on reste modeste et humble en se souvenant que la pollution numérique, elle, est bien réelle. Donc, se vanter sur la toile ou sur instagram de vivre en mode "zéro déchet" me paraît toujours déjà une énorme supercherie intellectuelle.

IMGP9698-pb

Sans transition, et parce que bien évidemment, la réduction des déchets est un sujet qui m'intéresse (sans ça je n'aurais pas écrit ce qui précède), j'ai testé les wraps à la cire d'abeille.

IMGP9703-pb

Le tutoriel qui m'a inspirée recommandait les pastilles de cire de chez Biocoop. Il n'y a pas de Biocoop accessible facilement en vélo depuis chez moi, j'ai donc acheté un pain de cire chez Famille Mary (moins de 3 euros) et j'ai rapé avec ma rape à fromage.

IMGP9718-pb

Le résultat me plaît. J'ai sans doute laisser un peu trop longtemps (5 minutes pourtant) mon tissu qui a un peu noirci.

IMGP9720-pb

Pour l'instant je n'ai fait que deux plaques de four de tissu, j'ai donc 4 morceaux pour envelopper les petits pots non finis avant de les remettre au frigo...

IMGP9724-pb

et un grand pour les plats de lasagnes potiron châtaigne (ma deuxième fournée est mieux réussie, le tissu a conservé ses belles couleurs).

IMGP9722-pb

Prochaine étape: produire des wrap pour emballer le saladier et le plat à tarte. Et puis surtout, faire des wraps en série pour Noël...

IMGP9719-pb

Le tissu, que je trouve très beau, mais que je ne suis pas sûre d'assumer au point d'en faire un haut ou une jupe vient du stock légué par la tante J de H. C'est de ce même stock que venaît mon haut lisette à fraises bleues.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2017

Un cache-col pour l'école

Comme je l'ai déjà suggéré ici, nous avons vécu notre première rentrée de parents d'élève.

septembre 17 appareil photo 009

Mes copines mamans de plus grands me l'avaient déjà dit, les écharpes ne sont plus autorisées dans les écoles nantaises. Avec le mois de septembre pourri et surtout, une pneumonie qui s'est invitée chez nous début septembre, il a fallu se préoccuper rapidement de protéger le cou de petit E.

IMGP9640-pb-pb

Mon amie L avait tricoté pour mon fils un très joli snood en laine. Pour l'instant, j'ai du mal à lui faire mettre, il trouve que ça gratte mais je ne perds pas espoir de le voir le porter cet hiver quand il fera vraiment froid.

IMGP9642-pb

En attendant, j'ai fabriqué un cache-col en tissu.

IMGP9652-pb

J'ai utilisé un coton biologique offert par mon amie S et de la polaire blanche.

IMGP9657-pb-pb-pb

Je me suis inspirée d'un tutoriel (que je ne retrouve plus, désolée). Comme il y en a plein sur la toile, je n'ajoute pas le mien. j'apporte juste la précision suivante:  le périmètre du cache-col doit être juste un tout petit peu plus grand que le tour de tête. Pour mon fils, j'ai fait un cache-col de 54 cm. Il peut le mettre et l'enlever tout seul.

cache col pb

Comme vous pouvez le voir, ça n'est pas très près du cou, mais heureusement, quand viendra l'hiver, il y aura le snood en laine de L.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 21:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 septembre 2017

Des bavoirs élastiqués pour la cantine

Petit E a fait sa rentrée en maternelle. Du changement, il y en a pour lui, et pour nous aussi.

septembre 17 appareil photo 004-pb

L'école demandait une serviette de table au nom de l'enfant s'il mangeait à la cantine.

IMGP9643-pb

J'ai mis un peu de temps à comprendre que la serviette de table n'est pas pratique pour un enfant de 3 ans...

IMGP9644-pb-pb

et que le bavoir classique n'est pas pratique pour les personnes qui travaillent à la cantine.

IMGP9645-pb-pb

Avec le bavoir élastiqué, tout le monde est content: les petits peuvent les mettre tout seul, les personnels de cantine ont un peu moins de travail et les parents un peu moins de lessive.

IMGP9647-pb

Pour mes bavoirs, j'ai coupé 3 rectangles de 30 par 20 cm dans de vieilles serviettes éponges, puis 3 rectangles de 30 par 20 cm dans des chutes de tissus.

IMGP9649-pb

Je les ai piqué endroit contre endroit sur trois côtés (deux longs et un court), puis, j'ai retourné sur l'endroit.

IMGP9651-pb

J'ai piqué une face du biais sur le côté non piqué du bavoir (en prenant bien les deux épaisseurs dans la couture). Avant de piquer la deuxième face du biais, j'ai inséré un élastique sur la longueur en le faisant largement dépasser de part et d'autre. J'ai piqué les extremités du biais entre elles pour avoir un tour de cou de 40 cm. J'ai piqué les deux faces du biais l'une sur l'autre (avec l'élastique à l'intérieur). Avant de finir de piquer les deux faces du biais entre elles, j'ai tiré puis noué l'élastique pour former un tour de cou de 30 cm environ

***

Vous reconnaîtrez:

- le tissu du baby bowling de mon premier filleul, Ruben et de ma housse à casque,

IMGP9648-pb

- le tissu de ma première jupe (une jupe portefeuille cousue en 1998!)

IMGP9650-pb

Le dernier tissu, vous ne pouvez pas le reconnaître, c'est un vieux caleçon recyclé.

IMGP9646-pb

J'avais fait 3 bavoirs pour avoir du change. Finalement E ne veut que le bavoir avec des voitures. J'ai offert les petits ours qui jouent au golf à petit Gaspard (le grand-frère de petit Martin, à qui j'avais fait une turbulette), rentré lui aussi à l'école cette année, et les carreaux antillais à une petite Mathilde qui rentrera l'an prochain.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2017

Un troisième top lisette pour ma robe confortable

Comme souvent, voici un petit article de retour de vacances...

IMGP5628-M-pb

La couture (ici en situation au bord de la Loire) a été terminée in extremis, juste avant de boucler les bagages.

IMG_20170724_223812-pb-pb

Et instagramée en vitesse en partant.

IMGP6003-pb

Maintenant que j'ai des belles photos sur peau bronzée devant maison de vacances, je peux vous raconter deux trois trucs à propos de ce troisième top lisette.

***

Il se trouve que j'ai une robe bleue (donnée par ma jolie soeur n°1, reteinte en bleu par mes soins) extrêmement confortable. Je la porte presqu'un jour sur trois l'été (sur ma théorie des trois tenues par saison, je développerai prochainement ce que je pense du wearability project... suspens...).

IMGP5410-Mpb

La robe a de fines bretelles. Pour une raison que j'ignore (mais j'y travaille), je préfère me couvrir les épaules.

téléphone 9 sept 2016 273pb

 C'est pourquoi, je porte la robe confortable (on va l'appeler comme ça) avec ce joli haut blanc.

Comme le patron est facile et que le résultat est efficace, j'ai fait un deuxième top lisette pour le mariage de mon beau-frère.

Et en voici un troisième... pour porter avec la robe confortable (vous suivez?)

IMGP6004-PB-pb

Le tissu m'a été donné cet hiver par une tante de H. Elle cherchait à se débarasser de son stock de tissu, je me suis portée volontaire.

IMGP6016-pb-pb

Mon fils y voit des fraises bleues. Bon.

IMGP6005-pb

Contrairement à ce que j'avais fait pour le top en dentelle, j'ai posé mon biais à l'intérieur de l'encolure.

IMGP6014-pb-pb

Plutôt que de faire un ourlet aux manches, j'ai posé du biais. Si c'était à refaire, je prendrais le temps d'ourler les manches.

IMGP6015-pb-pb

Mais en attendant, j'ai un tee-shirt portable au boulot comme en vacances, facile à laver et à repasser, bref, un super tee-shirt.

IMGP6012-M-pb

Merci J !

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Buridan à 22:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juillet 2017

Une carte pour ma filleule

Pour la troisième fois, on m'a demandée d'être la marraine d'un petit bébé. Comme à chaque fois, c'est une immense joie et surtout, la promesse d'une relation à construire, dans la confiance, la bienveillance et l'amour.

IMGP9464-pb

Pour mes deux autres filleuls, j'avais écrit une petite carte pour dire avec des mots simples les raisons pour lesquelles j'acceptais d'être marraine. Cette fois-ci aussi, j'ai eu envie d'écrire à la petite Marie. N'ayant pas trouvé dans le commerce de carte qui illustrait la façon dont j'imagine la relation marraine-filleule, j'ai fait une carte à partir de collage de papiers glacés.

IMGP9455-pb

Je garde beaucoup d'images de la presse (télérama en particulier), pour les couleurs, les motifs, ou le caractère amusant de telle ou telle image. Je ne sais jamais ce que je vais en faire, mais pour petite Marie, c'est le bleu, le violet, les poissons et les papillons qui se sont imposés.

IMGP9465-pb

Pour les papillons, j'ai utilisé les poinçons achetés pour le cadeau de naissance de la petite Rafaëlle.

IMGP9458-pb

Le tout sous la forme de la présence rassurante de l'adulte auprès du petit enfant qui s'émerveille.

IMGP9466-pb

Pour mon premier filleul, Ruben, j'avais aussi fabriqué ma petite carte (à partir de l'image d'une grenouille), mais je n'avais pas pris de photo. Pour mon deuxième filleul, Raphaël, j'avais trouvé une jolie carte représentant en illustration une femme adulte de dos assise sur une montagne, entourant de son bras l'épaule d'un petit garçon.

IMGP9462-pb

A très vite petite Marie!

Enregistrer

Posté par Buridan à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,